Matières Grises

Les romans de Catherine Legeay

Thème

Les amours contrariées.

Couverture « Matières grises »

Cadre

Chambre simple et chambre double.

Extrait

« Pierre, il n’a pas d’âge. Je l’aimais très jeune, quand il pédalait sur sa vieille bicyclette pour venir me voir le soir. Je l’aimais adulte, viril et combattant, quand il est parti en Indochine. Je l’aimais quand il est rentré. Je l’aimais même quand il m’a emmenée en forêt d’Orient pour me dire qu’il ne pourrait pas m’épouser, pas tenir sa promesse. Je l’aimais après, quand il n’était pas auprès de moi, coincé avec sa Beech, mais il était à moi de toute façon. Et je l’aime encore plus, maintenant que je suis presque morte, que je ne vois plus, je n’entends plus, que je n’agis plus, que je sens juste un peu. Je sens bien assez pour savoir quand il viendra me chercher.

Il va venir, Pierre ? Quand il viendra me chercher, je partirai avec lui. Il affrètera un hélicoptère de la base de Perthes, ça j’en suis bien sûre. Et il m’emmènera en forêt d’Orient, là où on s’est séparés pour longtemps. Pour longtemps, pas pour toujours ; je sentirai son odeur quand il viendra. Il me tendra la main et je me lèverai pour partir avec lui. C’est long, la vie sans lui, ça n’en finit pas. J’aimerais mieux la mort avec lui plutôt que la vie sans lui, alors il est temps, maintenant. »

Avis des premiers lecteurs

Acheter l’ouvrage