L’association

Au bon parler, au bien écrire

L’Association se donne pour objectif de promouvoir l’usage correct et expressif de la langue française dans les écrits : littérature, articles de presse, communications de toute nature des particuliers et des professionnels.

L’Association propose donc une aide à la rédaction des textes écrits et leur révision finale afin que la bonne forme et le fond soient respectés. Ainsi souhaite-t-elle contribuer à l’utilisation efficace, expressive et harmonieuse de la langue française.

Nos bénévoles peuvent intervenir sur des textes transmis par mail sous le format de votre choix. Nous adressons aussi aux instances rédactrices de divers textes (panneaux publicitaires, panneaux d’information touristiques, textes descriptifs en musées) le relevé d’erreurs éventuelles d’orthographe et de grammaire. Nous n’utilisons pas et ne faisons pas la promotion de l’écriture inclusive.

Un exemple ? Le mot « invasion » a été remplacé par « envahissement », qu’il s’agisse de manifestants, de personnes hostiles ou d’insectes ravageurs… très régulièrement, on observe dans la presse écrite le mot « tâche » employé pour désigner, non un travail mais une salissure. Ce mot-là, dans ce sens-là, ne prend pas d’accent circonflexe. Non plus que « rodé » dans le sens de «  expérimenté et éprouvé », que l’on voit pourtant très souvent nanti d’un accent circonflexe, qui lui donne un tout autre sens, comme participe du verbe « rôder » (errer avec de mauvaises intentions).

Bien s’exprimer, par le langage et l’écriture, est une forme de résistance à un certain laissez-aller et un formatage de l’expression dans laquelle les fautes mêmes s’universalisent et sont tolérées. Les rédacteurs qui ne corrigent pas leurs textes font sans doute un acte de foi hasardeux sur la probabilité que le texte sera quand même compris.

Pot de confiture Coteaux nantais
Cas concret :

Cette excellente maison de douceurs nantaises s’obstine à orthographier son joli nom « les Coteaux nantais » avec un accent circonflexe sur le « o ». Or, « côte » prend un accent circonflexe, mais « coteau » (petite côte !) n’en prend pas !

Peut-être est-ce voulu pour se singulariser ?

Ce matin dans un grand quotidien national, on cite « un jeune magistrat de correctionnel ». Cherchez l’erreur !!!

Adhérer à l’association

Pour adhérer à l’association, veuillez compléter le formulaire ci-après afin de générer le bulletin d’adhésion :







    Je souhaite devenir membre adhérent pour une durée d’un an et m’acquitte de la cotisation de : 10 eurosJe souhaite devenir membre bienfaiteur




    Vous pouvez également imprimer une version du bulletin d’adhésion vierge à imprimer puis compléter manuellement.